Panier

Aménagement intérieur et décoration

Mon métier : architecte d’intérieur auto-entrepreneuse #2

Mon métier : architecte d’intérieur auto-entrepreneuse #2
Oh ça faisait bien longtemps que je n’avais pas écrit par ici… Par manque de temps, d’envie aussi un peu j’avoue. Si vous me suivez sur instagram vous avez sûrement remarqué que je suis moins présente en ce moment. L’envie une nouvelle fois, et le travail qui me prend énormément de temps et d’énergie surtout.

Cependant ce matin j’ai eu envie d’écrire. De reparler de mon métier, de mon statut. Je reçois beaucoup de mails où l’on me demande des conseils pour se lancer, pour rédiger un devis, déterminer ses tarifs… J’essaie toujours d’y répondre (dans un délais plus ou moins long) mais ça me prend du temps et j’aimerais faire un petit article récap’ avec les quelques clés que je partage et que j’aurais aimé trouvé quand je me suis lancée il y a plus de 4 ans maintenant. Je vais en profiter aussi pour parler de ma situation actuelle et ma manière de gérer l’entrepreneuriat et mes projets. 

Mon métier

Je commence par revenir sur mon métier, qui est un vrai métier, même s’il est une passion et j’ai bien conscience que c’est une chance, que pour certains il est futile (facile ?), il demande du travail, il demande du temps. J’avais fait un premier article il y a quelques années pour vous expliquer mon parcours, aujourd’hui j’ai bien évolué. Mais j’aime toujours autant mon métier d’architecte d’intérieur et ce statut d’auto-entrepreneuse. 

Aujourd’hui j’ai la chance d’en vivre correctement, de pouvoir me projeter sur quelques mois à venir et ça, ça change la vie. Mais être auto-entrepreneuse c’est malgré tout toujours vivre dans une espèce d’incertitude de l’avenir. Moi qui suis du genre à vouloir tout contrôler, tout planifier ça me bouscule et c’est parfois dur à gérer. Bonjour les périodes de stress et d’angoisse difficiles à éviter.

En ce moment, en toute honnêteté c’est le rush côté boulot, pas de vacances cet été je dois rattraper le retard engendré par le confinement. Je ne vais pas me plaindre, j’ai pleins de chouettes projets, la rançon du succès il parait 😉 Par contre si vous me contactez aujourd’hui il y aura plusieurs mois de délais d’attente avant que je puisse démarrer votre projet. Dans notre société actuelle on n’est plus forcément habitué à attendre et je loupe pas mal de beaux projets mais c’est le jeu.

Je parle de tout ça ici pour être un peu plus transparente sur mon travail. Je travaille seule, j’aurais bien besoin parfois d’assistance pour certains projets mais c’est compliqué car financièrement ça fait passer un cap. J’espère pouvoir me le permettre un jour !

Bref, je travaille seule (et j’aime ça hein) mais même un “petit projet” prend du temps. J’aimerais insister sur ça d’ailleurs, au risque de me répéter ou de m’égarer par rapport au thème de l’article, mais finalement il n’y a pas de “petit projet”. Souvent quand je parle de mes délais et de l’attente qui va en découler on insiste avec ce genre de phrase : ” Si jamais vous aviez un peu de place pour caser mon petit projet… j’ai juste besoin de plans et de conseils…”

Sachez qu’il est difficile de dire NON (il parait d’ailleurs que ça s’apprend), surtout quand il n’y a pas si longtemps on avait du mal à remplir son planning de manière régulière. Donc l’envie de dire OUI est bien là, mais à un moment donné j’ai conscience de mes capacités de travail, je commence à avoir une bonne expérience de gestion de projet (à ma manière) et quand mon planning est plein malheureusement pour le bien de tous je ne peux pas en prendre plus.

Je sais que certains archi prennent beaucoup de dossiers en même temps, moi je ne le souhaites pas et je ne peux pas tout simplement. Je pense que quand on est auto-entrepreneur il faut avoir conscience de ses capacités, savoir s’écouter, ne pas vouloir à tous prix faire comme soi-disant “il faudrait”, ne pas croire que faire un peu moins est une faiblesse.

C’est pour moi surtout une force d’assumer, dans notre société actuelle qui nous pousse à faire toujours plus (au détriment de la vie perso, du bien être…) , que NON je ne peux pas gérer correctement 10 dossiers à la fois, que OUI je préfère en prendre moins mais m’y consacrer pleinement et que OUI je passe du temps à créer du contenu sur Instagram qui n’est pas rémunéré mais tant pis c’est mon plaisir à moi et qui sait un jour peut être que j’arriverais à vendre mon travail aussi côté photos ! Que OUI, je ne travaille pas jusqu’à des heures pas possible car j’ai juste besoin de dormir pour avoir les idées claires le lendemain, que OUI le week-end je ne réponds pas à mes mails, ni le soir d’ailleurs. C’est compliqué d’apprendre à se connaître réellement et de ne pas juste suivre le mouvement, mais à mon avis c’est la clé de la réussite quand on se lance à son compte.

Alors bien sûr il s’agit là de mon expérience, de mon point de vue, je ne lance pas un débat sur la charge de travail etc (je ne dis d’ailleurs pas que j’ai trouvé mon rythme parfait, le preuve en ce moment c’est compliqué pour moi) mais même si être à son compte c’est beaucoup de temps passé c’est aussi justement le bonheur de pouvoir gérer son temps comme bon nous semble et ça c’est un luxe qui n’a pas de prix 🙂

Donc pour finir sur ce sujet, je ne refuse pas des projets par plaisir, des “petits” conseils ça prend du temps car je m’investie autant dans un “petit” projet que dans un “grand” pour la plus grande satisfaction de tous mes clients. Car je crois que c’est aussi ça la motivation première de mon métier, créer des lieux de vie où se sentent bien mes clients mais surtout que notre collaboration se passe pour le mieux, et quand je lis les avis que certains m’ont laissé je ne peux qu’être émue et satisfaite du chemin parcouru avec chacun d’eux !

Auto-entrepreneur

J’en viens enfin au partage de quelques petits conseils pour ceux qui se lance dans la folle aventure de l’auto-entreprise :

  • Ne pas se dévaloriser. Vous vous rendez compte, vous vous lancez seul dans le grand bain, rien que pour ça vous êtes forts, vous méritez votre place dans votre secteur d’activité, vous vous bougez et c’est le principal ! Vous n’avez pas encore 10 ans d’expérience ? Tout le monde est passé par là, on apprend toute notre vie, même après 30 ans de carrière. L’erreur est humaine, ne vous laissez pas tétaniser par la peur. Testez, avancez, faites vous aider si besoin, ce n’est pas une honte de dire “je ne sais pas, je vais me renseigner”.

 

  • Tout travail mérite salaire ! Oh oui, on a tendance à l’oublier quand on débute, on ne se sent pas légitime (lien vers mon article où j’avais parlé de ma légitimité). Un de mes grands conseils, surtout dans mon secteur, ne JAMAIS rien commencer sans un devis signé + un acompte. Même si les clients ont l’air gentil, que le courant passe bien, il s’agit avant tout de vivre de votre métier. Je ne dis pas que j’ai jamais fait de “cadeau” mais je pars du principe que c’est dénigrer la profession que d’offrir ses services pour des pacotilles. La valeur ajoutée de notre métier n’est pas encore totalement acquise par tous, il faut continuer à se battre pour montrer que oui c’est un budget de faire appel à une archi d’intérieur, mais (normalement) le client n’est jamais déçu d’avoir fait appel à quelqu’un d’extérieur. Donc ne brader pas vos compétences, votre œil créatif, vos idées, car oui même si c’est juste une idée, elle peut changer la vie, tout ça se paye.

 

  • Alors vous allez me dire “comment déterminer mes tarifs ? On me dit que mes prix sont trop chers…” Il faut d’abord penser au contenu que vous allez créé, au type de projet, aux différents rendez-vous s’il y en a sur place, au temps passé à tout ça, à vos charges et surtout de combien avez vous besoin pour vivre. C’est un savant calcul, et je ne vais pas vous mentir, au départ c’est le flou artistique. Mais à mon avis quand on début, notre grille tarifaire peut évoluer pendant les 2/3 ans qui suivent. Car malgré tout c’est bien l’expérience qui nous fera avancer, mûrir. Et c’est les erreurs passés qu’on ne voudra surtout pas commettre une nouvelle fois qui nous feront nous améliorer. Et oui pour certaines personnes vous serez trop cher, mais ça c’est comme tout et souvent ces personnes là n’ont pas vraiment conscience de votre valeur ajouté. J’essaie de rester ouverte à tous les budgets de mon côté mais je ne peux malheureusement pas satisfaire tout le monde.

 

  • Faites des devis ultra détaillés. Il faut que tout soit clair pour tout le monde dès le début du projet. Si le prix indiqué comprend une seule proposition, que chaque reprise de projet sera facturé en plus il faut que ce soit bien compris par tous. Tout ça pour éviter les déceptions des deux côtés. Alors bien sûr on est jamais à l’abri d’une incompréhension mais encore une fois ça permettra de s’améliorer encore. La communication est la clé (pour tout). Prenez le temps d’expliquer le processus de création, les timing de gestion de projet au mieux, le nombre de rendez-vous physique de prévu… ça sera un confort pour tous. Faire des devis prend du temps, ce n’est jamais du copier/coller du devis précédent car dans mon métier chaque projet est différent. Mais ce temps passé est indispensable pour commencer correctement un projet. Ne soyez pour autant pas fermé à la discussion, envoyez un premier jet et n’hésitez pas à appeler votre client pour lui expliquer et si besoin le re-modifier pour coller au mieux à son projet (sans brader vos tarifs, j’insiste, j’ai appris de mes erreurs).

 

J’espère que ces quelques conseils pour se lancer pourront être utiles.

J’ai sûrement fait l’impasse sur pleins de choses, il y aurait matière à écrire encore plus, si vous avez d’autres conseils je suis preneuse, n’hésitez pas à les partager en commentaire pour qu’ils profitent à tous.

Merci de m’avoir lu, et à très vite pour un article déco j’espère !  
architecte d'interieur auto entrepreneuse architecte d'interieur auto entrepreneuse 2 architecte d'intérieur

PS. J’ai profité de n’avoir aucune photos dans le thème pour illustrer cet article pour publier cette jolie série de photos réalisées avec Coralie d’@ellesenparlent 🙂

Crédits photos : Elles en parlent – Photos non libre de droits


12 thoughts on “Mon métier : architecte d’intérieur auto-entrepreneuse #2”

  • Merci pour cet article, je viens de me lancer comme auto-entrepreneuse, c’est tout neuf ! Dans un autre domaine, mais je me reconnais dans tes mots, notamment sur les grilles tarifaires. Comme c’est dur de réfléchir à un prix juste ! Pour le moment c’est au compte goutte et j’espère pouvoir en vivre bientôt 🙂 bonne continuation et merci pour tes partages sur insta

  • Merci Marion pour ce chouette article plein de bonnes astuces pour l’entrepreneuriat et ton expérience personnelle. Je te souhaite plein de courage pour cette période qui a l’air bien chargée !

  • Très intéressant cet article Marion ! Je suis sure qu’il trouvera ses lecteur.rices contrairement à ce que tu as écrit sur Instagram, car c’est un sujet qui peut faire écho chez beaucoup d’indépendants finalement, au delà de l’architecture d’intérieur. Il fait écho en moi en tout cas. Bon courage à toi pour ce mois d’août studieux !

    • Merci Marion ! Effectivement je l’espère, ça m’a fait du bien de l’écrire et je sais que ce genre d’article est apprécié dans le monde de l’entrepreneuriat. Merci de m’avoir lu, et merci, bon mois d’août à toi aussi 🙂

  • Merci pour cet article ou je me retrouve complètement dans le statut autoentrepreneur. 7 ans que je suis à mon compte, au fil des années on apprend à rectifier, à améliorer…. Je ne changerais pour rien au monde ce statut qui me convient parfaitement.

  • Hello ! Merci pour ton article, très intéressant et d’autant plus qu’il me fait écho ! Ça fait du bien de lire tes conseils, ça booste à prendre confiance en soi et en son travail quand on débute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *